les VIRUS et la pomme de terre

   

  < retour aux maladies de la pomme de terre

 

dernière mise à jour le 07/09/2015

(infos données par la Fédération Nationale des producteurs de semences de pommes de terre et du CNIPT)

détail du dossier

1/. liste des virus

2/. leur mode de transmission

3/. la lutte

          

La dégénérescence de la pomme de terre lors de cultures successives

(c’est-à-dire le rabougrissement progressif des plantes et la diminution corrélative des rendements)

est en fait la conséquence de différents virus qui se disséminent dans une culture et perturbent le métabolisme des plantes.

Le rôle d'un semencier est de fournir des semences "non dégénérées"
qui vont permettre au producteur de consommation d'assurer une RECOLTE

Les maladies à virus présentent des caractéristiques qui entraînent des mesures de lutte particulières :

  Elles sont héréditaires

  Elles sont incurables au champ

  Elles sont généralisées : le virus contamine quasiment l’ensemble de la plante.

 

.1. LES PRINCIPAUX VIRUS :  

En France, ce sont six principaux virus peuvent se rencontrer sur la pomme de terre. Il possède souvent un nom commun d’après le symptôme qu’ils provoquent le plus fréquemment :  

Virus de l'ENROULEMENT    

   Infection primaire : (= de l’année) : les feuilles du sommet présentent souvent un léger enroulement et une jaunisse, avec parfois une pigmentation pourpre.

Infection secondaire : les symptômes sont plus violents : port dressé de la plante, entrenœuds plus court, jaunissement, enroulement des feuilles de la base, feuilles durcies, pigments authocyaniques.

VIRUS Y = FRISOLEE, BIGARRURE, MOSAIQUE   (voir dossier)

   Infection primaire : souvent bigarrure (nécroses brunes le long des nervures ou des pétioles, dessiccation du limbe,…)

Infection secondaire :En général, frisolée (= mosaïque déformante) : feuilles gaufrées, déformées, petites, décolorées,…

Les symptômes sont très variables selon la variété, la souche de virus, le climat

VIRUS Y néctogène de type nécrotique (Yntn)  voir dossier
VIRUS A : MOSAIQUE PLANE :  

   Mosaïque (alternance de zone vert clair et vert foncé) irrégulière, non limitée par les nervures, plus ou moins nette selon les variétés, visible surtout par temps couvert.  

VIRUS X : MOSAIQUE PLANE :

   Mosaïque sans déformation du feuillage, généralement limitée par les nervures, latente dans un nombre de cas.

VIRUS S :

   latent la plupart du temps ; sinon feuillage de taille réduite et rugueux au toucher, port retombant  

VIRUS M :  

   latent sur de nombreuses variétés ; sinon enroulement mou des feuilles du sommet (feuilles « en cuillère ») et mosaïque internervaire.  

L’expression des symptômes dépend d’un ensemble de facteurs : nutrition, éclairement, température, hygrométrie, variété de pomme de terre, souche de virus. Les symptômes sont généralement plus nets lorsque la nutrition est équilibrée, l’éclairement maximal et la température moyenne.

Par contre, un excès d’azote peut masquer les mosaïques, de même que le manque de lumière en serre.  

 

.2. LEUR MODE DE TRANSMISSION :    

Les principaux virus de la pomme de terre présents en France se transmettent soit par les pucerons, soit par contact de la plante à la plante. 

 

a.  transmission par les pucerons    

on distingue deux types de virus ayant un mode différent de transmission par les pucerons et donc des stratégies de lutte particulières.

- les virus persistants (=enroulement), appelés aussi virus circulants, nécessitent une période de latence entre l’acquisition du virus par un puceron et sa transmission à une autre plante ( le virus doit passer dans l’intestin, puis dans les glandes salivaires de l’insecte avant de devenir infectieux ). Cette latence pourrait être de plusieurs jours.

Par contre, le puceron conservera le virus très longtemps pour ce type de virus et l’importance d’un environnement sain est donc primordiale.

- les virus non persistants ( virus Y, A, S et M), localisés dans l’épiderme, sont acquis et transmis lors des piqûres des pucerons en recherche d’une plante-hôte. Le puceron peut transmettre aussitôt le virus à une autre plante, mais par contre, le virus ne se conserve que de l’ordre d’une à deux heures dans le puceron.  

  b. transmission par contact :

en pratique, ce type de transmission concerne essentiellement le virus X.

la transmission se fait par contact de jus de plantes contaminées et saines. Aussi nécessite-t’ elle des blessures du feuillage (ou des germes ). Les blessures occasionnées par les tracteurs assurent une dissémination beaucoup plus rapide du virus que celles provoquées par le vent ou le passage d’hommes dans les parcelles

l’égermage ou la coupe des plants constituent aussi un mode de contamination possible. Les taux de

transmission peuvent être très importants en une seule année.  

 

.3. La LUTTE contre les MALADIES à VIRUS :    

Elle est à la base de la sélection sanitaire, mise en place dans la production de plants pour obtenir des pommes de terre de semence de bonne qualité sanitaire, permettant une production de pommes de terre de consommation , avec un potentiel de rendement non altéré par les virus.

Pour un producteur de Consommation:

se procurer impérativement du plant certifié.