les essais : résultats été 2006

les

ESSAIS

CULTURE

la

procédure

formulaire

format pdf

variétés

testées

le plant

disponible

résultats

été 2013

résultats

été 2014

retour

 clic retour

  

 42 LOIRE : essais sur MONALISA

 essai suivi par M. GOURGAUD de la chambre d'agriculture de la LOIRE.

Nos essais consistent toujours à trouver une suppléante à MONALISA qui a eu son heure de gloire et qui reste toujours encore le standard. Mais sa sensibilité à la gale commune et au virus Y (tâches en anneaux) nous fait rechercher une variété pour lui seconder. Difficile de la remplacer, tout le monde l’aime et même les limaces dans certaines régions. MONALISA reste MONALISA (avec soi disant toujours le même sourire).

Il y a bien Agata et Europa qui ont leurs qualités mais voilà la première se retrouve largement (trop) exploitée en GMS et bagarrée au niveau des prix et la deuxième malgré sa bonne conservation a un taux de matière sèche assez faible notamment pour faire de la frite en hiver (et pour de la pomme de terre conservée).

Les essais ont été conduits chez Frédéric Bonnefoy et Eric Defouilloux

L’année a été marquée par des fortes chaleurs qui pénalisent la culture. Les doryphores s’en sont donné à coeur joie depuis le retrait d’homologation du Birlane. Globalement Les variétés Les plus précoces sont mieux ressorties. Dans certaines parcelles, le taupin fait un petit «coucou» (salut les taupins).

 

. Essai chez Eric DEFOUILLOUX

Poids de 10 pieds en gramme à la maturité

Variétés

Calibre

40 - 70 mm - Poids commercialisable et nb tubercules par calibre.

<40 mm

 

Poids brut total

 

CUPIDO

17500 (114)

600 (19)

18 100 (133)

ALMERA

16350(122)

650 (21)

17000 (143)

SALINE

15150 (130)

1 550 (49)

16700 (179)

JUSTINE

11 350 (93)

600 (23)

11 950 (116)

 

Observations

.

CUPIDO

Bon rendement, assez précoce fait assez vite du gros calibre (ça fait de La «patate») assez jolie peau. Un peu bosselée, forme plutôt arrondie, tubérisation correcte de 13 tubercules par pied à la maturité, une légère petite gale peu virulente sur certains tubercules. Variété qui confirme chez nous.

 

ALMERA

Assez bon rendement, calibrage assez gros malgré une tubérisation de 14 à 15 tubercules par pied. Forme plutôt oblongue. La plus blanche, assez hétérogène. La plus marquée par des petites traces de squamations de gale ou de Rhizo à la récolte. La plus peleuse aussi lors du contrôle.

 

SALINE

Rendement plutôt moyen à assez faible pour une tubérisation de 16 à 18 tubercules par pied calibrage fin, homogène et régulier. Assez jolie présentation (la mieux, la plus dans le type MONALISA). Peau lisse mais la plus jaune. Beaucoup de petites. Toujours ce problème de repousse (mérite d’être défanée à temps).

 

JUSTINE

Vu pour la première fois en essai. Le plus petit rendement mais la plus petite tubérisation 11 à 12 par pieds. Pomme de terre très allongée (plutôt dans un type grosse Charlotte ou Timate), calibrage assez irrégulier. Pas de gros défaut au niveau de la peau (sans doute la mieux) peut être plus tardive et n’a pas pu exprimer son potentiel.

NB Sur une autre parcelle donne d’assez beaux calibres sur la fin.

 

 42 LOIRE essai d'une variété à CHAIR FERME : JULIETTE

Avec Amandine pour laquelle la semence est très prisée se pose le même problème que pour MONALISA il faut trouver quelque chose dans les terres ou Linzer Delicatess a du mal à se frayer un passage et se déforme. on a donc essayé Juliette chez Frédéric Bonnefoy nouvelle variété chair ferme, plantation sous bâche le 20 mars.

Poids de 10 pieds en gramme le 27juin à 100 jours

 

Petites(déchets)

Bon calibre

Hors calibre

poids

500

12450

1100

nbre

28

202

5

 

Observations

Végétation vigoureuse. Jolie au départ. Un peu jaune. De 23 et jusqu’à 30 tubercules parfois par pieds, ce qui donne un bon rendement dans le calibre recherché. Le calibrage est parfois un peu hétérogène.

Vieillit mal en terre, s’allonge beaucoup (trop), nécessite un défanage lorsque le calibre chair ferme est atteint. Bonne qualité culinaire.

NB: Son taux de matière sèche n’évoluerait pas trop sur la fin, ce qui est par contre un critère à rechercher en chair ferme pour que la pomme de terre ne se délite pas à la cuisson. (A revoir).