les essais : résultats été 2007

les

ESSAIS

CULTURE

la

procédure

formulaire

format pdf

variétés

testées

le plant

disponible

résultats

été 2013

résultats

été 2014

retour

 clic retour

  

 42 LOIRE : POMME de TERRE: essais concluants

 essai suivi par M. GOURGAUD de la chambre d'agriculture de la LOIRE.

L’année 2007 aura été marquée par des attaques sévères de Mildiou un peu partout en France dont l'agressivité a été très difficile à maîtriser. Malgré un contexte climatique très particulier, les essais du groupement technique des maraîchers de La Loire se poursuivaient cette année

encore suivant 2 axes : trouver une suppléante à Monalisa en pomme de terre de consommation et essais de variétés en chair ferme en plaine ou moyenne montagne.

> POMME DE TERRE DE CONSOMMATION

Monalisa : le standard actuel

Avec sa belle présentation, sa forme de savonnette et sa qualité reconnue, elle reste la plus cultivée. Mais sa sensibilité à la gale commune, dans certains types de sols plutôt sableux, son problème de virus Y et sa forme nécrogène (tâches en anneaux sur tubercule) parfois rencontrée nous font chercher vers d'autres variétés ayant un meilleur rendement qui soient moins sensibles aux chocs et avec une consommation plus longue. Ci-après quelques variétés expérimentées.

 

Poids de 10 pieds en gramme à 83 jours

Parcelle Eric BUISSON - plantation le 21 Juin

Variétés

Calibre

40 - 70 mm - Poids commercialisable et nb tubercules par calibre.

<40 mm

 

Poids brut total

 

CUPIDO

17900 (108)

1250 (23)

19 150 (131)

LOUISANA

13.750 (111)

2.050 (46)

18.800 (157)

MARABEL

15.850 (107)

1300 (25)

17.150 (132)

DEBORA

12.450 (73)

900 (22)

13.350 (95)

MONALISA

12.350 (96)

1.350 (34)

13.700 (130)

SALINE

11.450 (67)

1.650 (38)

13.100 (105)

Variétés proposées pour essai

> A 83 jours CUPIDO confirme une relative précocité derrière des variétés comme ADORA ou ANAIS.

> LOUISA vu pour la première fois n'est pas très loin et semble déjà montrer le bout de son nez avec un potentiel à venir important compte tenu de sa forte tubérisation.

> MARABEL reste correct tandis que DEBORA présentée précoce ne semble pas le confirmer ici.

Nb : DEBORA sur une autre parcelle chez Frédéric BONNEFOY avec une tubérisation plus importante donne un meilleur poids commercialisable de 16 300 pour 113 tubercules (pour un poids brut de 17 200 avec 141 tubercules) autant qu’Anaïs 16 200 mais avec seulement 73 gros tubercules de bonne heure.

 

Poids de 10 pieds en gramme à 119 jours

Contrôle final le 25 JUILLET

Variétés

Calibre

40 - 70 mm - Poids commercialisable et nb tubercules par calibre.

<40 mm

 

Poids brut total

 

LOUISANA

25.550 (165)

500 (22)

26.050 (187)

DEBORA

22.150 (102)

2.050 (46)

22.150 (102)

MARABEL

20.450 (117)

550 (13)

21.000 (130)

CUPIDO

20.050 (115)

350 (14)

20.400 (129)

SALINE

16.150 (110)

450 (17)

16.600 (127)

MONALISA

14.750 (110)

900 (27)

15.650 (137)

 

Observations : LOUISA : PLUS DE 2,5kg par PIED

LOUISANA

Nouveauté, en essai pour la première fois dans la Loire. Ce fût la grande a une présentation, lisse de forme très régulière.

Elle donne le meilleur rendement avec une très forte tubérisation (18 à 20 tubercules oblongs allongés) .

Mais surtout, elle ne présente pas de gale sur cette parcelle expérimentale. Reste maintenant à transformer l'essai. Elle mérite d'être essayé. Elle est donnée de bonne qualité mais sensible aux endommagements avec une aptitude de conservation moyenne.

CUPIDO

Elle ressort bien dans tous nos essais ces dernières années. Son point fort est sa couleur de peau, c'est la plus claire du lot. Elle a un bon rendement, une forme régulière et reste assez homogène en calibre. Elle est assez précoce avec rapidement des tubercules de belle taille et, surtout, elle tubérise plus qu'une Adora. Néanmoins, cette année encore c'est ce qui ressort sur cette parcelle avec le plus de gale commune. Si les mesures préventives vis-à-vis de la gale sont prises et si ce problème ne devient pas récurrent, elle est promise à un bel avenir 

SALINE

Avec sa peau lisse, bien qu'un peu plus jaune, elle est très attrayante. Sa forme assez rapprochante d'une Monalisa nous a fait beaucoup espérer. Mais son rendement reste souvent un peu limité. Sa conduite reste sans doute à bien adapter : maitrise du défanage pour éviter son problème de repousse et une certaine hétérogénéité parfois dans les calibres. C'est pourquoi il ne faut pas La juger trop vite (à revoir).

MARABEL

Elle est donnée avec 5 tonnes/ha environ de plus qu'une monalisa, ce qui semble confirmer nos résultats. Si la présentation est un peu en dessous, elle est un peu jaune, en revanche, elle est donnée pour la conservation. La chair est plutôt jaune. Elle est assez hâtive avec 12-14 tubercules plutôt ovales par pied et d'un bon calibre.

DEBORA

Le rendement est élevé avec un calibre fort appréciable. Elle est donnée polyvalente et fritable mais la présentation est en dessous des autres variétés. Les tubercules sont arrondis voir un peu "cabossés".

 

En ce qui concerne les autres variétés :

FLORETTE

Cette variété est produite régionalement. Une assez belle présentation avec une forme oblongue plutôt arrondie. C'est une variété assez souple avec une bonne tubérisation (14 à 16 tubercules au moins par pied). Dotée d'une bonne conservation en respectant les températures de stockage (6 à 8' C). Après récolte, il faut vite la rentrer au frigo, son repos végétatif étant assez court. Avec un taux de matière sèche plus élevé, elle est assez farineuse et peut convenir pour de la frite. Attention, assez sensible au mildiou du feuillage.

SAFRANE

Elle est plus jolie qu'une O'sirène. Le choix du terrain doit être raisonné du fait qu'elle peut ressortir avec de la gale commune parfois.

ALMERA

Testée dans le créneau Monalisa, elle se défend pas trop mal, elle est assez polyvalente (four, gratin). La présentation et le calibre restent corrects mais elle a été vue parfois avec quelques taches sombres.

 

En conclusion :

Dans le créneau Monalisa, s'il est difficile de lui trouver pour l'instant une remplaçante, Louisa donne une bonne impression. Cupido est une bonne référence mais il ne faut pas sous estimer les problèmes récurrents de la gale commune et la menace qu'elle fait peser sur la qualité des récoltes sur toutes ces variétés hormis Louisa, donnée moyennement sensible mais qui semble épargnée pour l'instant.

La lutte contre la gale commune en pustule passe aussi par la recherche et l'identification des parcelles qui extériorisent le moins possible cette maladie préjudiciable pour de la Pomme de terre lavée.